Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Un comble : un militant d’ extreme droite salarié dans le « Social » !

Un comble : un militant d’ extreme droite salarié dans le « Social » !

sdfUn militant du Front National, responsable de service dans une association dont les fonctions sont l ‘accompagnement et l’ hébergement de personnes en très grande précarité, est-ce possible ?

Oui , car c’est désormais le cas dans une importante association de la Seine-Maritime qui intervient sur le terrain de la réinsertion sociale !

Nous nous étonnons beaucoup que la direction de cet établissement ne soit pas au courant des activités politiques de ce personnage : militant en 2011 du FNJ (Front national de la jeunesse) on peut le voir en photo lors d’ un collage d’ affiches dans la presse frontiste… plus près de nous en 2015, il fut candidat FN suppléant à l’ occasion des élections départementales dans une commune du Nord de la France.

Et ce qui nous choque dans cette affaire relève de l’ éthique ou de la déontologie…comment peut-on travailler dans le « Social » alors que l’ on est militant d’ une organisation qui préconise la priorité nationale (ou préférence nationale), l ‘expulsion des étrangers, la fermeture des frontières, la vindicte contre les Roms et les réfugiés, l’ hostilité à l’ Islam…en un mot la haine de l’ autre ?

Le principe de la préférence nationale, ciment des propositions de l’ extrême droite, introduit le germe de la division entre tous : lycéen(ne)s, etudiant(e)s, salrié(e)s, chômeur/ses, francais/ses, étranger/ères. La propagande de l’ extrême droite s’ attaque donc aux droits de l’ homme comme aux valeurs du monde du travail et du monde associatif.

Le discours de la préférence nationale met de côté le combat sur les causes réelles de l’ injustice : l ‘extension de la précarité et de l’ insécurité sociales parmi la jeunesse et dans de larges fractions de la population, l ‘exploitation de la force de travail de millions de salariés en France et dans le monde dans des conditions de rémunération et de vie inacceptables.

L’ extrême droite désigne des boucs émissaires qui seraient responsables des crises mondiales. Cette stigmatisation de groupes ou de personnes nie l’ égalité des humains et pervertit l ‘exercice de la démocratie, comme on a pu le voir à l’ encontre du maire de Neufchâtel-en-Bray qui se prposait d’ acceuillir une famille syrienne ;

Ces idées nauséabondes ne circulent plus seulement dans les meetings électoraux et les isoloirs mais se propagent dans les villes, les villages, les campus, les quartiers, sur les lieux de travail.

L’ histoire des acteurs démocratiques (associations, syndicats) dans notre pays est marquée par les mobilisations contre la xénophobie, le racisme, le sexisme, l’ homophobie, l’ antisémitisme, les attaques contre les musulmans, contre toutes les tentatives haineuses de division des slarié(e)s, des citoyennes et des citoyens.

Les faits et gestes, dans le cadre professionnel, de ce responsable de service que nous évoquions plus haut, seront l’ objet de toute l’ attention des travailleurs(euses) sociaux et des syndicalistes du secteur.

Tout actes contraires à la société du vivre-ensemble, d’ égalité, de liberté, de solidarité et de dignité pour toutes et tous, seront immédiatement dénoncés et rendus publics.