Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Rouen : les Identitaires de la « Vague-normande »

Rouen : les Identitaires de la « Vague-normande »

ji2.jpgL'affaiblissement du Front National, depuis 2002, a généré de nombreuses scories dont les Identitaires (ou extrême droite radicale) qui se manifestent à Rouen sous l'appellation "Vague Normande" , et dont de nombreuses affiches et autocollants ont pollué les murs de l'agglomération.

Qu'est-ce que les Identitaires ?


A la suite de la tentative d'assassinat de Jacques Chirac le 14 juillet 2002 par un de ses membres (Maxime Brunerie), le mouvement Unité radicale est dissout.

Quelques jours plus tard, ses cadres créent "Les Identitaires". Fabrice Robert en devient le président, Guillaume Luyt le vice-président, et Philippe Vardon le porte-parole.
(Philippe Vardon sera condamné en décembre 2007 à 4 mois de prison avec sursis et 10 000 € d'amende pour reconstitution de ligue dissoute, et en septembre 2008 à 2 ans de privation des droits civiques, jugement pour lequel il s'est pourvu en cassation).

Il sera  présent à Rouen le 7 mai 2009 pour un dîner-débat à l'invitation de ses amis de Vague Normande.


vague.jpgLes Jeunesses Identitaires sont donc lancées en septembre 2002, et le Bloc identitaire, en avril 2003. Les deux structures sont officiellement indépendantes et revendiquent 500 membres dans une trentaine de départements.

Ils se sont illustrés ces dernières années par plusieurs actions : une soupe populaire réservée aux non musulmans et non juifs ("soupe au cochon"), une campagne contre l'écrivain italien Cesare Battisti, une mobilisation contre le mariage homosexuel, et contre la chaîne de télévision gay Pink-TV.

 Ils revendiquent leur appartenance au continent blanc, et développent une vision ultradifférentialiste et "anti-impérialiste" (contre les Etats-Unis), teintée d'antisémitisme forcené. Ils restent néanmoins axés contre "l'islamisation" de la France et ont reçu le soutien de romancier Maurice G. Dantec.

 Comme leur nom l'indique ils s'inscrivent dans une perpective de défense de l'identité, en l'occurence européenne.

Le phénomène identitaire s'alimente à une conception raciale de l'identité européenne entendue comme identité blanche, dans la vieille lignée völkisch de la révolution conservatrice allemande, la dimension religieuse en moins, certains de leurs dirigeants affirmant leur préférence païenne en participant ou organisant des solstices d'été ou d'hiver.

 Cette orientation générale se trouve mélangée à une valorisation des racines régionales et d'un certain solidarisme social.


Dès leur création les Identitaires sont  parvenus à se mettre d'accord sur une ligne internationale résumée par le slogan: "Ni Keffieh, ni Kippas".


Une analyse un peu poussée de leurs textes montre une focalisation quasi-monomaniaque sur l'immigration extra-européenne et l'islam. Les Jeunesses Identitaires (JI) ne produisent quasiment rien qui ne soit pas dans la thématique de la "lutte anti-racailles".


Mais revenons à nos rouennais:


C'est à partir de 2003 que date leur apparition avec la création d'un kop de supporters du FCR: le Kir au sein duquel, semble-t-il, ces militants de l'extrême droite radicale ont établi des liens avec des jeunes un peu turbulents et sensibles à leur propos…Il semblerait que le Kir  soit désormais dissous…

En 2007, ils tenteront d'organiser un concert au Bateau Ivre (a l'insu du propriétaire des lieux) avec un groupe de rock qualifié "groupe de RIF": Hôtel Stella ! qualifié par certains de Rock Haine Roll…

Grâce à la vigilance de Ras l'front, le concert n'a pas eu lieu au Bateau Ivre, mais dans un autre établissement de Rouen, sous la protection de nervis parisiens et lillois venus prêter main-forte à leurs amis rouennais.

En 2008, ils organiseront une messe sur une place publique en hommage à Jeanne d'Arc, et lors de l'élection municipale ils manifesteront devant la mairie de Rouen aux cris de "le Kosovo, c'est la Serbie".

Ces dernières semaines, nous les avons repérés au rassemblement de soutien aux sans-papiers organisé devant le palais de justice par des organisations telles que la CIMADE, la LDH, RESF, etc….

Enfin ils revendiquent leur présence dans le cortège du 19 mars dernier appelé par les organisations syndicales.

Il va de soi que le mouvement social et les associations démocratiques ne toléreront aucun dérapage ni aucune incartade !….