Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Régionales 2010: un candidat FN qui gagne à être connu

Régionales 2010: un candidat FN qui gagne à être connu

t-legier.jpgNuméro 3 sur la liste du FN en Seine-Maritime, à l'occasion des élections régionales de mars 2010, nous découvrons un certain Thierry Légier qui n'est autre que le garde du corps de Jean-Marie Le Pen.

Légier n'est pas un inconnu, il est même cité dans le rapport de la Commission d'enquête parlementaire sur le DPS (Département Protection Sécurité… autrement dit le service d'ordre du FN) enregistré à la Présidence de l' Assemblée Nationale le 26 mai 1999. 

Et que lit-on dans ce rapport, au paragraphe "Le DPS, un service d'ordre qui a des moyens" :

"…le 23 mars 1999 à Bruxelles, la police belge a découvert dans le coffre de la voiture officielle de M. Jean-Marie Le Pen, un fusil à pompe avec trois balles en caoutchouc, 50 cartouches 38 spécial, deux gilets pare-balles, deux grenades lacrymogènes, un "spray" au poivre, une matraque télécospique et un détecteur de radar. Son garde du corps, M. Thierry Légier, portait sur lui un revolver Smith & Wesson 357 magnum dont le permis était périmé. M. Jean-Marie Le Pen a reconnu, lors d'une conférence de presse, que ce matériel "de protection" appartenait à son équipe de sécurité…"

Libération du 27 avril 2002 rappelait que Thierry Légier s'était vu refuser par le préfet des Hauts-de-Seine, en 1999, une demande de renouvellement d'autorisation de port d'arme.

Nous nous souvenons aussi des violents incidents survenus le 30 mai 1997 entre JM Le Pen, à l'occasion des législatives, à Mantes-la-Jolie, avec la candidate socialiste Annette Peulvast-Bergeal.

Le 2 avril 1998, le tribunal correctionnel de Versailles avait condamné Le Pen à trois mois de prison avec sursis, 30500 euros d'amende et, deux ans de privatisation de ses droits civiques, civils et familiaux. Il fit appel.

Thierry Léger était bien entendu présent et actif lors de ces échauffourées, et le tribunal administratif de Paris, en juin 2001, avait alors cassé la décision du préfet des Hauts-de-Seine au motif qu'il n'aurait donné qu'un coup de pied mais n'aurait pas usage de son arme lors de ces incidents…