Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Nationales » Qui est à l’origine des manifestations contre le film « Hors la loi » ?

Qui est à l’origine des manifestations contre le film « Hors la loi » ?

(Abel Mestre et Caroline Monnot)

Pour la deuxième fois en six mois, Hors-la-loi, le film de Rachid Bouchareb – qui doit sortir sur les écrans mercredi 22 septembre-  est l’objet d’une polémique dans le Sud-Est de la France. La raison: “un film mensonger” qui donnerait “la version du FLN“ de l’histoire algérienne “tout en prétendant à la vérité historique”, selon les associations de pieds-noirs.

Les milieux rapatriés étaient vent debout depuis l’annonce de la sortie du film. Lundi 20 septembre, un rassemblement a eu lieu -dans une ambiance tendue- devant le cinéma marseillais où se jouait l’avant-première. Déjà, le 21 mai, une manifestation, avait été organisée en marge du festival de Cannes où était présenté le film. Ce jour-là, de nombreux élus UMP des Alpes-Maritimes, dont le député Lionnel Luca, étaient venus soutenir les pieds-noirs.

A Marseille, lundi soir, ce sont les élus régionaux Front national qui étaient très présents parmi la cinquantaine de personnes devant le cinéma. Stéphane Ravier, conseiller régional PACA et soutient de Marine Le Pen, avait relayé l’appel à la manifestation sur son site. Il en fait ce compte-rendu sur sont site: “J’ai eu l’opportunité de faire connaître aux nombreux journalistes présents ainsi et surtout, à nos compatriotes survivants de cette tragédie que fût la guerre d’Algérie,  mon indignation devant la projection d’une “oeuvre ” qui falsifie l’histoire et qui insulte gravement la mémoire des victimes de la barbarie fellagah,écrit-il.  Perturbée par quelques “Français de papier” soutenus en cela par les idiots utiles de l’extrême gauche, ce rassemblement reste un formidable succès et prouve que les Français n’ont pas oublié celles et ceux qui sont tombés sous la haine du FLN et de la trahison gaulliste!”

algerie.1285085140.jpg

Ce rassemblement a été organisé depuis le réseau social Facebook, via un groupe intitulé “Inonder de boules puantes les salles qui diffuseront le film “Hors la loi”". A l’initiative de cet appel, il y a le collectif “Une main devant, une main derrière” – plutôt récent dans la galaxie pied-noirs et qui n’a pas été déposé en préfecture. Ce collectif s’est constitué à l’origine pour obtenir “l’apurement total et définitif des dettes des rapatriés ayant un dossier de surendettement ou d’indemnisation en cours”. Il est animé par un certain Roger Dalger.

“Communauté”

Ce dernier, joint par Le Monde, n’a pas souhaité donné son identité “pour le moment”. Il dit être né en juillet 1962 – il aurait 48 ans et serait, toujours selon ses dires, consultant indépendant en publicité dans le Sud-Ouest. “J’ai une histoire un peu particulière: je suis né en Algérie et suis rentré un mois plus tard dans les bagages de mes parents”, raconte-t-il. Selon Roger Dalger, “on est un petit groupe de gens qui ont à peu près le même âge. On porte cette histoire. Assez curieusement, c’est peut être lié à l’âge parce qu’on commence à perdre nos parents, il y a chez nous une résurgence culturelle pied-noir, dans la deuxième, voire la troisième génération, explique-t-il. L’Algérie française c’était la cause de nos parents, ce n’est pas la nôtre.”

Il affirme que sa “démarche n’est absolument pas politisée. Nous ne sommes ni de droite, ni d’extrême droite et on ne se laissera pas récupérer par elle. Je n’appartiens pas au courant nostalgique de l’Algérie française ou de réhabilitation de l’OAS. On est pas là-dedans, on s’en garderait bien. Moi, ce qui m’interesse, c’est de défendre cette communauté, assure Roger Dalger. Aucun d’entre nous n’est encarté. Il y a une exception et cette personne est chez les Verts. D’ailleurs, les pieds-noirs qui votent pour Le Pen, ce n’est pas par idéologie politique, mais par reconnaissance, car il s’est toujours battu avec eux”.  Jean-Marie Le Pen ayant été parachutiste en Algérie et  a toujours soutenu l’Algérie française.

Pour autant, comme nous l’avons mentionné plus haut, l’extrême droite était bel et bien présente à la manifestation de lundi à Marseille, sans que les initiateurs de l’appel n’en prennent ombrage. La cause pied-noire (et plus largement celle de l’Algérie française) a en effet toujours été revendiquée par cette famille politique. Encore récemment, au mois de janvier, Jean-Marie Le Pen a, pour ouvrir sa campagne des régionales, déposé une gerbe de fleurs sur la stèle dédiée “aux martyrs de l’Algérie française” et a fait diffuser, avant son discours, un clip villipendant l’action de De Gaulle dans l’indépendance algérienne (voir Le Monde du 26 janvier 2010).

Que ce soit ou non l’intention de ses auteurs, l’appel à la manifestation de lundi a été relayé sur les sites Françoisdesouche, celui de l’Action française et sur Nations presse info. Les petits échos de l’Echo d’Oran, bulletin pied-noir ultra, a donné une grande répercussion à l’initiative marseillaise.