Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Nationales » Quand les durs de l’ UMP s’inspirent du Bloc identitaire

Quand les durs de l’ UMP s’inspirent du Bloc identitaire

(Blog Droite(s) extrême(s) d' Abel Mestre et Caroline Monnot)

Drôle de façon de fêter un anniversaire. Pour sa
première année d'existence, le collectif de députés de la "droite
populaire", l'aile "dure" de l'UMP, a décidé d'organiser le 12 juillet,
un "apéritif saucisson-vin rouge", au salon Gabriel de
l'Assemblée nationale. Une forme de clin d'oeil à "l'apéro
saucisson-pinard" organisé le Bloc identitaire et Riposte laïque le 18
juin 2010 et qui avait défrayé la chronique (voir ici, ici ou encore ). La version UMP de l'apéro se veut plus soft: elle n'est pas présentée comme une opération anti-musulman.

Emmenée notamment par Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, la
"droite populaire" compte parmi ses fondateurs Thierry Mariani, ministre
des transports. Beaucoup de ses membres se sont fait remarquer par leur
déclarations outrancières comme Christian Vanneste ou Brigitte Barèges
qui se sont illustrés par des saillies homophobes.

s

L'apéro saucisson-pinard, version UMP/ DR

Dans leur charte, ces élus affirment qu'ils sont "fiers d'appartenir à la droite de conviction". Et égrènent leurs priorités. D'abord, "la Nation […] seul
cercle d'appartenance à la fois à l'échelle de l'homme et à l'échelle
du monde. Nous souhaitons la promouvoir comme gage de stabilité entre
les peuples et comme élément fondamental de notre identité."

Reprenant une sémantique très identifiée à l'extrême droite, ils se prononcent "contre les tabous du 'politiquement correct'". Ils soulignent: "Nous
sommes attachés au patriotisme pour redonner fierté, espoir et ambition
aux Français. Fiers de notre langue et de notre histoire, nous
défendons aussi les symboles de notre Nation : la Marseillaise comme le
drapeau tricolore."
Et plus loin : "Nous croyons en l'identité de notre Pays et en l'unité de la République […] Ceux
qui choisissent de vivre en France doivent adhérer aux valeurs de notre
République par une démarche volontaire. L'immigration doit être
contrôlée et maîtrisée."

Enfin, affirmant que "la sécurité est la première des libertés", La Droite populaire estime que "ceux
qui ne respectent pas les règles de la société et les valeurs de la
République doivent être sanctionnés avec rigueur. Nous rejetons le
sentiment d'impunité et le laxisme qui conduisent au désordre dont
souffrent les plus faibles."

Ce n'est pas la première fois que les plus extrêmistes de l'UMP,
s'inspirent ou se rapprochent de l'extrême droite. Ainsi, en septembre
2010, la "droite libre" -"mouvement libéral-conservateur associé à l'UMP"-
avait voulu organiser un débat à l'Assemblée sur le thème «
Immigration, islamisme : la France menacée ? ». Las! le "débat" avait eu
lieu sous la pluie, à l'extérieur du Palais Bourbon, faute
d'attribution de salle.

Un peu plus tard, en octobre 2010 cette fois, Elie Aboud, député UMP
de l'Hérault et membre de la "Droite pop'" s'était rapproché des
identitaires dans le cadre du soutien à René Galinier – ce septuagénaire
qui a blessé par balles deux cambrioleuses, et qui fut incarcéré du 5
août au 13 octobre 2010. Elie Aboud, était allé le visiter en prison à
la demande d'un comité piloté par Richard Roudier, un cadre du Bloc (Le Monde du
4 octobre). De même, les manifestations contre le film Hors-la-loi, de
Rachid Bouchareb
, mêlaient élus UMP et FN, avec M. Luca en première
ligne.

Nota Bene: Lionnel Luca, contacté ce matin sans succès,
a rappelé Droites extrêmes le 11 juillet en début d'après midi. Le
député des Alpes-Maritimes, a assuré, hilare, que "c'était un canular". "Quel pays! Mais on s'en fout de ça! C'est le plus beaau piège de l'été (…) pour être sûr que l'on parle de nous, a-t-il continué. Si
on ne peut plus parler de saucisson et de pinard, sans être taxé de
fascisme…On a voulu apporter chacun ses spécialités et les députés du
Rhône ont proposé de la charcuterie et du vin, voila."

Se défendant de toutes accointances avec le Bloc identitaire, M. Luca a tenu à rappeler qu'il avait été "le seul élu de Nice à [s']opposer publiquement aux soupes au cochon pour les SDF" organisées par les identitaires.