Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Perturbations déjouées lors du Cercle de silence

Perturbations déjouées lors du Cercle de silence

Le vendredi 7 septembre se tenait, à Rouen sur le parvis de la cathédrale, un Cercle de silence. Ces rassemblements, silencieux et non violents, sont des manifestations de soutien aux sans papiers, de protestation contre les conditions d’enfermement des migrants dans les centres de  rétention, ou d’arrestations d’enfants à la porte des écoles.

Ils sont à l’initiative de chrétiens de diverses obédiences : Action catholique ouvrière, la Cimade, le Comité catholique contre la faim, la JEC, la JOC, La pastorale des migrants…

Dans de nombreuses villes de France ces cercles de silence sont parfois l’objet de perturbations ou d’agressions, de la part d’un courant d’extrême droite plus connu sous le nom d’Identitaires.

Remarquons qu’ il n’ est pas très courageux, de la part de ces jeunes fascistes, de s’ attaquer à ces rassemblements pacifiques.

Ce vendredi 7, un groupe d’ une quinzaine de militant(e)s plus connu sous le nom de « Vague normande » est arrivé, avec pancartes et mégaphone, afin de semer le trouble dans le cercle de silence, provoquant l’indignation de la population rouennaise présente sur la place de la cathédrale.

cercle_de_silence.jpg

Il n’avaient pas prévu , qu’en cette belle fin de journée, se trouveraient par hasard, sur ce même lieu des militants antifascistes, de Ras l’front et du NPA…

Très rapidement ces petites « frappes » ont compris qu’il fallait repartir plus vite qu’ils n’étaient venus, et ce qui à leurs yeux, devait être une glorieuse initiative s’est très rapidement transformée en déroute, laissant sur place tracts et pancartes. La Vague en question s’est vite transformée en vaguelette…

Ce n’ est pas encore aujourd’hui que l’extrême droite dictera sa loi dans les rues de Rouen.

En bonus, la vidéo postée sur le compte Youtube de la Vague Normande puis bizarrement supprimée lorsque nous avons commencé à parler de l’affaire… Par chance, nous l’avions sauvegardée ;-) !