Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Municipales : l’ extrême droite en embuscade

Municipales : l’ extrême droite en embuscade

 

images9G4TF5EOLa campagne de l’ extrême droite en Seine-maritime (et ailleurs.. .) est presque désopilante.

 Les « copier-coller » des axes de campagne de leurs têtes de listes sont à ce point si identiques qu’ ils prêteraient à rire, si derrière ne se profilait pas une idéologie xénophobe  et autoritaire, et la volonté de construire une société totalitaire où règne l’ ordre policier et moral.

 Formatés par leurs conseillers en communication, les têtes de liste répètent comme des perroquets, les axes prioritaires de la campagne à mener, indépendamment des réalités des communes concernées.

 2 axes essentiels :

 * « baisse des impôts locaux ». Bien entendu ces démagogues n’ expliqueront jamais à quoi servent ces impôts locaux : contruire des logements, des écoles, des équipements sportifs, culturels, soins de santé, aides aux associations caritatives….Sans doute veulent-ils comme dans la ville d’ extrême droite d’ Orange supprimer la subvention aux Restaux-du-cœur ?

 C ‘est ce que préconisent Jean-Claude Gaillard sur la liste Bleu-Marine de Déville-lès-rouen, ou Jacques Gaillard tête de liste FN à Petit-Quevilly, ou encore l’ ineffable Delahaye sur la liste MUDI à Sotteville les Rouen.

 * «  la sécurité ». Le moindre fait divers ( certes parfois dramatique) devient l’ élément déterminant de leur propagande qui tend à faire croire que nos communes seraient devenues des zones de non-droit ou de véritables coupe-gorges…Pitoyables et affligeants ! Où habitent donc les Gaillard de Déville et de Petit-Quevilly et le Delahaye sottevillais pour affirmer de telles stupidités et inepties  ?

Mais cela ne les empêche pas de réclamer à cors et à cris une vraie police municipale, ou la réorganisation de la police municipale ou encore une augmentation de la police municipale…au choix !

Quand on est un « sécuritaire » à tous crins, ou partisan de la « tolérance zéro », encore faut -il être un minimum cohérent et avoir les « mains propres » comme on dit au FN, et quelle ne fut pas notre surprise de découvrir sur la liste Rouen Bleu Marine de Guillaume Pennelle un colistier qui vient d’ être condamné à 10 mois de prison ferme pour une blessure par arme à feu…Çà fait un peu désordre cette affaire…

Précisons que nous sommes assez surpris que Jacques Gaillard soit candidat à Petit-Quevilly alors qu’ il est domicilié à Belves de castillon (33) et Guillaume Pennelle candidat à Rouen bien qu’ il habite à Mont -Saint-Aignan…peut-être ont-ils déménagé sans nous en avertir ?

 Examinons le cas de Nicolas Goury. Sa présence sur la liste FN de Nicolas Bay à Elbeuf ne présentait aucun intérêt, sauf qu’ au terme d’ une imposture grossière son parti l’ a fait adhérer à l ‘ Union locale CGT d’ Elbeuf….afin qu’ il puisse faire un « coming-out » visant à discréditer ce syndicat.

Bien que présenté comme un pauvre salarié licencié d’ une entreprise de la métallurgie de Caudebec les Elbeuf, qui aurait rejoint la CGT pour y défendre ses droits…Nicolas Goury est un militant d’ extrême droite depuis plusieurs années.

Aussi n’ est-il pas surprenant de le voir candidat du « Mouvement anti-radars » lors des législatives de 2012 dans la première circonscription de l ‘Oise.

 Le « Mouvement anti-radars » (MAR) a pour président un certain Jean-Louis Soulié, prospère agent immobilier, homme de droite proche semble-t-il de certains milieux barbouzards.

On retrouve au MAR plusieurs figures de l’ extrême droite radicale dont Rodolphe Crevelle, Philippe Milliau et Richard Roudier ancien militants du Bloc Identitaire.

 Également dans le MAR, Jean-Marie Joly ancien FNJ, ancien du Bloc Identitaire et du Parti de la France de Carl Lang, ex rédacteur en chef adjoint d’ Unité Normande magazine du Mouvement normand qui se réclame des thèses de Jean Mabire, auteur d’ ouvrages sur la Waffen-SS.

 Lors de ces mêmes législatives de 2012, N. Goury avait comme partenaire du Mar, mais dans la 4ème circonscription de l’ Oise, son ami Tristan Le Joncour, étudiant en histoire à Mont-Saint-Aignan, militant d’ extrême droite bien connu sur le campus, sous le pseudonyme de Protadius.

 Que du beau monde, on se tue à vous le dire !