Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Nationales » Les chiens de guerre de l’ extrême droite s’ invitent à Hénin-Beaumont

Les chiens de guerre de l’ extrême droite s’ invitent à Hénin-Beaumont

(source : Agoravox)

Le lendemain du meeting du Front populaire
solidariste à Wattrelos, en soutien à la candidature de Sylvie Langlois
dans la huitième circonscription du Nord, une quinzaine de militants de
3ème Voie se sont rendus au marché d’Hénin-Beaumont, dans la
circonscription starifiée par le duel Mélenchon-Le Pen

Accompagnée de plusieurs membres des JNR, les Jeunesse Nationalistes
Révolutionnaires, le groupe de sécu du mouvement, l’équipe ne passe pas
inaperçue : rapidement une équipe de télévision (Envoyé spécial) et un
journaliste de Marianne accostent Serge Ayoub, leader et porte-parole de
3ème Voie.

« Nous sommes solidaristes, c’est-à-dire que nous allions la défense
de la Nation au combat pour la justice sociale. Nous sommes pour une
Nation forte, c’est-à-dire solidaire. » C’est ainsi que les militants
solidaristes se présentent aux passants, et aux journalistes venus les
interroger.

Assez naturellement, les questions portent essentiellement sur le duel
Le Pen/Mélenchon. « Vous soutenez le Front National ? » demande un
journaliste de France2. Serge Ayoub réplique : « Je n’ai pas à la
soutenir, je ne pense pas qu’elle ait besoin de nous. Nos tracts sont
ceux du Front populaire solidariste, pas du Front national. Je ne
soutiens pas non plus monsieur Mélenchon, pourtant il y a marqué front aussi sur nos tracts. On a notre démarche. »

Une démarche étonnamment bien acceptée et comprise par les militants
des petits partis : le PRCF (Pôle de renaissance communiste en France),
candidat à Hénin-Beaumont sur une ligne sociale, patriote et
anti-européenne achète Salut Public (NB), le mensuel de 3ème Voie.
Rachida Sahraoui, candidate du parti radical de Jean-Louis Borloo,
accepte un tract du Front populaire solidariste et le parcourt
rapidement. Verdict : « D’accord sur la corruption, d’accord sur le
chômage et le libre-échange, d’accord sur la gauche et le
communautarisme ». Seul le Front de Gauche préfère éloigner son stand.
Il faut dire que les militants solidaristes sont plus nombreux qu’aucune
autre formation politique ne présente, y compris le Front National.
« C’est normal, nous sommes un mouvement essentiellement tourné vers le
militantisme, la formation et l’action de terrain. L’électoralisme pur
est une impasse pour notre combat. »

Interrogé sur le faux tract Mélenchon du FN, Ayoub balaye l’argument :
« Que l’extrême-gauche ne nous parle pas de mauvais procédé ! » Un
second militant en rajoute une couche : « A Marseille, Mélenchon dit que
la France n’a pas d’avenir sans les Arabes et les Berbères, aux
cantonales, à Grigny, ses militants parlaient comme le FN ».

Au bout d’une heure, la petite troupe quitte les lieux, sans que leur
présence ait suscité le moindre scandale. Ils auront vendu quelques
journaux et distribué tous leurs tracts. Large sourire, Serge Ayoub
semble satisfait de son opération.

Quant à l’influence de cette incursion sur l’issue du scrutin, il faudra attendre le premier tour pour en juger.

NB : Le PCRF nous a fait parvenir le courrier suivant :

Chers camarades, 

Je viens de lire sur votre site (sur lequel je suis arrivé par hasard au cours d'une recherche) que "le
PRCF (Pôle de renaissance communiste en France), candidat à
Hénin-Beaumont sur une ligne sociale, patriote et anti-européenne achète
Salut Public, le mensuel de 3
èmeVoie. "
Cette "information" a été reprise sans vérification de votre part sur le site d'Agoravox. 

Je
vous ferai d'abord observer (et vous auriez dû vous en rendre compte
par vous-mêmes sans avoir besoin d'effectuer le moindre travail de
recherche) que l'expression "
 le PRCF achète Salut Public" n'a aucun sens. Comment une organisation pourrait-elle acheter un journal ?
Le
PRCF a participé, le 8 octobre dernier, aux côtés de plusieurs
organisations, à une contre-manifestation à Lille pour protester contre
une marche des "identitaires". Notre président, Léon Landini, est un
combattant antifasciste, héros de la résistance armée, membre des
Francs-Tireurs-Partisans de la Main-d'Oeuvre Immigrée (FTP-MOI). 
Nous sommes patriotes comme l'étaient les Résistants communistes à l'occupation nazie. Nous avons toujours défendu l'idée que les travailleurs français et immigrés sont du même côté de la barrière de classe. 

Nous
aimons la France de Robespierre, de la Commune, du Front Populaire, de
la Résistance, de mai 68 et du "Non" à l'euroconstitution en 2005. Nous
combattons la France de Napoléon, d'Adolphe Thiers, de Daladier, de
Pétain, nous vomissons la Françafrique et la colonisation. 

Nous
menons aussi campagne contre le démantèlement de l'industrie en France,
résultat de la mise en place de la Communauté Européenne du Charbon et
de l'Acier. Nous constatons que l'intégration européenne capitaliste
vide tous les pays d'Europe de leur substance au profit du grand capital
allemand, et nous militons pour la réindustrialisation du pays (et
notamment du Nord-Pas-de-Calais et des départements de l'est sinistrés
par la casse industrielle). Qu'on nous explique en quoi cela relève de
la xénophobie. Et que ceux qui chantent les louanges de l'Europe et de
la mondialisation capitaliste aillent à la porte des usines distribuer
des tracts expliquant aux ouvriers de ce pays (qu'ils soient français ou
immigrés), qu'ils n'ont pas à se plaindre de devoir rejoindre bientôt
l'armée des chômeurs longue durée, puisque leur emploi est délocalisé
vers Bucarest ou Tanger (en attendant d'être re-délocalisé vers Kiev ou
Dakkar, etc.). Mais qu'ils pensent à mettre un casque, et qu'ils ne
s'étonnent pas que leur discours fassent monter Le Pen….

Chers
camarades, je vous demande de publier cette mise au point sur votre
site, et de vous renseigner un peu sur les positions du PRCF avant de
hurler avec les loups. Pour votre information, je joins à ce courrier
quelques-uns de nos textes.

Fraternellement,

Vincent Flament, rédacteur en chef d'Initiative Communiste, secrétaire du PRCF 59