Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » Les bonnes oeuvres de Bruno Gollnisch

Les bonnes oeuvres de Bruno Gollnisch

 Bruno Gollnisch sera à Rouen le 15 novembre prochain, à 19h30, au restaurant "Chez Juliette" 25/27 place de la pucelle. Auparavant il tiendra une conférence de presse au local du FN, à 18h30, 25 rue Pierre Corneille à Saint-Etienne du Rouvray. Il sera vraisemblablement accompagné de Christophe Georgy (ancien d'   Oeuvre-française ) qui s'occupe de la sécurité de ses déplacements, ainsi que de quelques nervis.   

 Raison de plus pour mieux connaitre ce personnage.

(Article édité par REFLEXes)

Sur un site espagnol d’extrême droite, Infonacional.com, on peut voir Alexandre Gabriac [1], l’un des soutiens inconditionnels de Bruno Gollnisch au sein du FN, participer en tant que membre de L’Œuvre Française (OF) à une manifestation pro-franquiste en Espagne en 2008 et tendre le bras droit lors du repas qui suivit l’évènement. Il portait alors la tenue réglementaire de l’organisation de Pierre Sidos.

Ces liens entre certains membres du FN et l’OF ne sont pas nouveaux. On sait que depuis au moins 2002, l’OF (sous le nom Jeune Nation sur Lyon, ancien nom de la formation de Pierre Sidos) et Yvan Benedetti sont montés en puissance au sein du FN lyonnais, au point que la protection de Gollnisch est régulièrement assurée par des militants de l’OF/JN. Benedetti a également lancé un journal pro-gollnisch Droite Ligne pour soutenir son candidat dans la course à la présidence du FN et contre-balancer Nations Presse Info (NPI), entièrement dévoué à Marine Le Pen. Quant au site Les jeunes avec Gollnisch, qui livre une guerre quotidienne sur le net et sur facebook au clan de Marine Le Pen [2], ce site serait tenu selon le site Metapedia [3], par des militants de l’OF et du Renouveau Français.

Autre exemple de proximité à peine masquée entre l’Oeuvre et l’équipe Gollnisch : le cas Christophe Georgy, ou « Georgy-Gausset », c’est selon, Gausset étant le nom de famille de son épouse Amélie, épouse rencontrée à un meeting du Front puisque elle aussi était militante du parti !

L’individu a un pedigree chargé : bien connu des militants antifas locaux [4], il est membre du FN depuis les années 1980 (il adhère en 1986), responsable du DPS Zone 4 (c’est-à-dire du Grand Est), membre du bureau du FN de la Côte d’Or (FN 21), plusieurs fois candidat, suppléant voire simple figurant sur des listes FN (bien entendu), la dernière en date sera aux Régionales de 2010 où il figurera en dernière place, loin derrière son épouse qui pour l’occasion prendra le prénom de « Marie-Amelie ».

Christophe a eu droit a son heure de gloire cet été grâce à « feu » Jacques Vassieux [5]. En effet pour une simple histoire de photo et de « droits réservés », Christophe s’est retrouvé la vedette d’un article sur NPI dans lequel il s’est fait tailler un costume sur mesure. Il s’y fit même traiter de « rat » [6]. Il en découlera insultes, invectives et règlements de comptes divers, le tout via des forums et autres blogs avec mise en ligne d’échanges de mails privés, bref que du bonheur. C’est durant cette guéguerre virtuelle que Christophe Georgy se fera aussi traiter de menteur lorsqu’il tentera de nier son appartenance à l’OF en prétextant que la double appartenance au FN est interdite. Et pourtant, cela ne l’a pas empêché d’animer la 1ère rencontre militante de l’OF à Dijon – sa ville – l’année dernière, aux côtés de Pierre Sidos et Yvan Benedetti. Difficile de faire mieux pour une première ! Tout comme il est difficile de croire que sur une ville comme Dijon les responsables FN locaux n’étaient pas au courant alors que cette soirée de l’OEuvre avait lieu 15 jours à peine avant la réunion du bureau du FN 21…

8 janvier 2009, P. Sidos, Y. Benedetti et C. Georgy pour la 1re rencontre militante de l’Oeuvre Française sur Dijon

Finalement il faudra l’intervention d’un Eric Staelens, responsable du DPS [7] et proche de C. Georgy pour mettre fin aux hostilités.

Toutefois, dans toutes ces attaques contre Georgy, il en manquait une selon nous, et de taille : nous nous permettons donc d’apporter notre gravier à cet édifice. Christophe est en effet aussi un passionné, qui sait faire vivre la mémoire des anciens. Il est ainsi l’initiateur et le responsable du Cercle des Amis de Léon Degrelle et de son bulletin éponyme.

Septembre 2009, 1er numéro du bulletin

Plutôt de bonne facture, ce bulletin est évidemment consacré à Léon Degrelle et à la Division Wallonie, mais sans sectarisme on y parle aussi des anciens de la Division Charlemagne (bien souvent dans la rubrique nécro d’ailleurs), du soutien au négationniste Vincent Reynouard [8], on y fait aussi de la pub pour des sites ou revues amis tels que Droite Ligne, Faits et Documents d’E. Ratier, Rivarol…..

septembre 2010, dernier numéro en date

Parfois, on peut même y trouver des pépites. Dans le n° 3 de décembre 2009 par exemple, on apprend que Korentin Falc’hun, réalisateur du documentaire Léon Degrelle, la führer de vivre diffusé sur la chaine belge RTBF l’année dernière n’est autre que Corentin Denis, un ancien du GUD des années 1990. Corentin a orienté ses travaux de maitrise et de thèse sur la personne de Léon Degrelle et il en est devenu tout naturellement un « spécialiste » incontournable pour beaucoup de média [9].

Récemment le Cercle vient de se doter d’un nouveau site internet (moins facile à faire fermer qu’un blog) intitulé Rex Libris. Pour l’anectode celui-ci a été développé par Jerome Saumier, qui est aussi le concepteur du site des éditions L ’Homme Libre de William Bonnefoy, ancien responsable du GUD [10], et accessoirement propriétaire des droits sur les écrits de Léon Degrelle grâce à la veuve de ce dernier, comme le rappellera Christophe dans le n° 5 de son bulletin de juin dernier. La boucle est bouclée !

Enfin, pour conclure sur cette « non-affaire », Christophe, pas rancunier pour un sous, se contentera dans son dernier numéro de s’etonner de voir NP Mag « reprendre le fameux balai rexiste pour illustrer sa une », et ne pourra pas s’empêcher de rappeler « les origines de son directeur ».

Y’a pas ! Ça vole haut en ce moment au Front…


 

[1] Conseiller régional et secrétaire régional du FNJ Rhône-Alpes.

[2] Il serait fastidieux de reprendre tous les épisodes de cette guerre numérique, qui a officiellement débuté avec l’université d’été du FNJ où Gollnisch n’avait pas été invité.

[3] Une sorte de wikipedia faf, auquel participe en particulier Christian Bouchet, qui a pris parti pour Marine Le Pen. Un site qui permet à certains de régler quelques comptes par articles interposés avec des mouvements concurrents. L’Œuvre Française en particulier n’avait que modérément apprécié sa notice sur Metapedia et l’avait fait savoir par un communiqué officiel, en égratignant au passage Christian Bouchet.

[4] voir article du Scalp21 – No Pasaran n° 78, printemps 2010

[5] Secrétaire départemental FN de Savoie, animateur principal du site Nations Presse Infos (NPI) et du magazine qui en est issu NP Mag, il aura été un soutien indéfectible à Marine Le Pen jusqu’à son décès le 22 septembre dernier

[6] Ne voulant surtout pas passer chez les « marinistes » pour ce qu’ils ne seraient pas, on a bien rigolé de voir J. Vassieux apporter cette utile précision « * Rat = Radin » !!! Et oui, il y a peu encore dans les milieux d’extrême droite ceux que l’on affublait de cette expression étaient plutôt issus d’une certaine communauté !

[7] Ancien responsable du DPS Ile de France, il sera auditionné lors de la Commission d’enquête parlementaire sur le DPS en 1999.

[8] V. Reynouard qui grâce à une pétition en ligne lancée par Paul Eric Blanrue a beneficié d’un soutien un peu plus mediatisé que d’habitude dans ces milieux, et, bien entendu cela au nom de la « liberté d’expression ». Soutien relayé par Jean Bricmont, mais chut … il va encore se mettre en colère le p’tit bonhomme et nous en pondre des tonnes sur les « antifascistes de salon » que nous sommes !!!

[9] Sur le même schéma qui voit l’ancien militant du GUD Laurent Frohlich être interviewé par les journalistes chaque fois que ceux-ci ont besoin d’un point de vue sur les catholiques intégristes – rebaptisés « intransigeants » par Frohlich – sous prétexte que cet avocat leur a consacré une thèse de sciences politiques.

[10] Voir les articles ici et