Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Internationales » Le Pen à Cologne « contre l’islamisation de l’Europe »

Le Pen à Cologne « contre l’islamisation de l’Europe »

 Article de Jean-Yves Camus paru dans Rue 89

le_pen.jpgL’ouverture vers les Français musulmans pendant la campagne présidentielle de 2007, c’était du flan. Preuve s’il en fallait: le président du Front national est annoncé à Cologne du 19 au 21 septembre prochain, comme devant participer à un « congrès contre l’islamisation », mis sur pied par le mouvement xénophobe Pro Köln et qui rassemblera tout le spectre de l’extrême droite, des néo-nazis du NPD aux conservateurs de droite.

Un membre du Bundestag au moins y participera: Henry Nitzsche, ancien élu de la CDU, qui depuis 2006 a fondé son propre groupe au nom évocateur: Travail, Famille, Patrie. Nitzsche est député de la circonscription de Hoyerswerda, dans l’ex-RDA. Un endroit qui détient le double et triste record du nombre de voix pour le NPD et du nombre le plus élevé d’attaques physiques contre les gens de couleur, les demandeurs d’asile et… les adversaires de l’ultra droite en général.

Ce rassemblement sur le thème « Non à l’islamisation » réunira le FPÖ autrichien (représenté par le député européen Andreas Mölzer), le Vlaams Belang flamand, la Lega Nord d’Italie, représentée par le député européen Mario Borghezio, et divers groupes allemands, dont la revue ouvertement fasciste Nation Europa.

Un appel en provenance des milieux anarchistes circule actuellement sur Internet, qui a pour objectif d’organiser une contre-mobilisation. Il annonce la présence à Cologne, lors de ce congrès, d’autres groupes d’extrême-droite: le Robert Taft Club américain, lié à Pat Buchanan; le British National Party et d’autres groupuscules d’Espagne et de Hongrie. Ces informations ne sont pas corroborées par le programme officiel publié par Pro-Köln. Selon la revue antifasciste britannique Searchlight en particulier, les organisateurs allemands ne veulent pas du BNP, jugé antisémite et néo-nazi.

Faisant campagne contre la construction de mosquées, Pro Köln ouvrira ainsi la campagne pour les élections communales qui auront lieu dans le Land de Rhénanie du Nord- Westphalie en 2009.

Additif de RLF Rouen :

Des dizaines d'organisations poltiques, syndicales et associatives ont signé un appel commun, qui fixe comme objectif d'empêcher la tenue de ce congrès:

" Nous ne sommes pas enclins à tolérer un tel rassemblement international de racistes et nous n'accepterons jamais que Pro-Cologne (Pro-Köln) puisse diffuser sa propagande raciste lors de la campagne électorale. Nous appelons à empêcher la tenue de ce congrès ! Ceci ne peut réussir que si beaucoup de monde bloque massivement l'accès au lieu du congrès. Malgré les divergences politiques, nous partageons cet objectif commun. . Nous allons leur opposer notre détermination et nous serons déconcertants par notre unité et notre diversité. En recourant à l'insoumission vivile, nous allons renvoyer Pro-Cologne and co, d'où ils viennent".

Cette contre-manifestation se tiendra le samedi 20 septembre à Cologne.

Article de Nathalie Versieux (Berlin) pour Info-libé du 22/09/08 :

Les habitants de Cologne viennent de prouver qu’on pouvait lutter efficacement contre l’extrême droite. Le Congrès européen anti-Islam, convoqué ce week-end par le groupuscule d’extrême droite Pro-Köln, contre la construction prévue d’une grande mosquée, a tourné court. Nombre de participants sont restés bloqués à l’aéroport : les voies ferrées menant au centre-ville étaient coupées par un sit-in et les chauffeurs de taxi ont refusé de prendre crânes rasés et militants en costume cravate. En ville, les contre-manifestants ont bloqué l’accès vers la place où devait se tenir le rassemblement. La plupart de façon pacifique, en formant des chaînes humaines. Mais la police a aussi dû en découdre avec quelques milliers de militants d’extrême gauche, qui ont érigé des barricades et se sont livrés à des batailles de rue contre 3 000 policiers et une poignée de skinheads jusque tard dans la nuit. Dès samedi midi, les autorités ont décidé l’annulation du rassemblement. «On ne va tout de même pas leur frayer un passage au canon à eau et avec l’aide de nos unités spéciales !» a justifié le chef de la police.