Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Nationales » Le Monde et Marine Le Pen

Le Monde et Marine Le Pen

(source : le blog de CSP)

marine.jpgElle est en campagne pour les régionales et tout est beau et merveilleux.

"Sur le marché de Marquise (Pas-de-Calais), jeudi 4 mars, la vedette c'est elle (…) Presque personne refuse ses tracts. Au contraire, on lui tape sur l'épaule pour en obtenir un. Les gens viennent la voir pour être pris en photo avec elle. "Vous êtes naturelle, c'est bien", dit une quadragénaire tout sourire. "C'est bien, on vous voit à la télévision, et vous êtes ici", renchérit une autre femme."

Rarement candidate aura été à ce point décrite comme en état de grâce. L'article – non signé, bizarrement…- en est comme illuminé par autant de charme et de sourire, on dirait que c'est un reportage sur feue Grace Kelly. D'ailleurs, notre candidate l'est un peu, quelque part :

"Un quasi-statut de star (…)"Je n'aime pas cette terminologie." Pourtant, l'effet "vu à la télé" joue à plein, renforcé par la présence de journalistes autour de la candidate"

Les médias se pressent autour d'elle, suspendus à ses lèvres, dans l'attente fébrile et émerveillée d'un sourire, d'une parole, de rien qu'un regard…
Et si il n'y avait qu'eux ; mais c'est littéralement le peuple, l'humble et laborieux peuple tout entier qui s'enflamme comme amadou pour notre héroïne :

"Un boucher de viande chevaline lui déclare presque sa flamme : "Un si beau visage est le plus beau des spectacles. Elle est magnifique."

Il faut dire que la situation locale ne rigole pas trop et qu'on a bien besoin d'un peu de rêve et d'espoir, si vous saviez.

"Dans cette région touchée de plein fouet par les plans sociaux et les délocalisations", elle "assure percevoir "un désespoir particulier, des cris de détresse terrifiants". La candidate fustige un appauvrissement "plus brutal ici qu'ailleurs", compare l'épicerie sociale d'Hénin-Beaumont – ville où elle a mené campagne aux municipales de 2008 – à "l'URSS", et concentre son discours sur le social et l'économie"

Bon, c'est un peu bizarre de comparer une épicerie sociale avec les charmes austères de l'économie planifiée mais bon, ne nous arrêtons pas à de menus détails, voulez-vous ? D'autant qu'elle parle de tellement de choses, notre Madone des humbles et des sans-grades. De fermetures d'usine, de petits commerçants contre la grande distribution, de son indignation qu'il n y a pas lieu de croire insincère puisque l'article reprend mot à mot tout ce qui sort de la bouche de

Marine Le Pen.

Parce que oui, au fait, cette candidate que notre journaliste suit langue pendante est la fifille à Jean-Marie, et fait donc campagne pour ce charmant et délicieux parti tout d'amour et de bisous qu'est notoirement le Front National. Alors bien sûr, contexte local oblige, elle met la pédale douce sur l'immigration – qui nous envahit de partout – et on force sur le social version poujadisme old-school. Même si on s'autorise une petite sortie, hein, histoire de ne pas se rouiller :

"Les attaques contre l'immigration passent au second plan, à peine seront-elles évoquées lors d'une conférence de presse où Mme Le Pen dénoncera "les passeurs et les associations d'aides aux migrants."

Ces dernières étant assurément hautement responsables du désespoir social en pays ch'tis. C'est lumineux. Non ?

Désespoir dont fait son beurre la formation xénophobe – oui, au fait, il faut juste rappeler et y compris au journaliste du Monde enamouré que le FN est un parti politique qui a toujours surfé sur la démagogie raciste, et se trouve de fait être un instrument de division des classes populaires pour éviter que celles-ci se tournent vers les vrais coupables. Ça a l'air d'être une sorte d'évidence, comme ça, mais on dirait que certains ont comme tendance à l'oublier, parfois…

Alors on peut se questionner sur les intentions de la rédaction du Monde quand elle publie sans aucun recul critique une telle hagiographie ; expression sincère et béate devant une candidate ainsi parée de toutes les vertus ? Ou manœuvre retorse ayant d'obscurs calculs politiques en filigrane – on fait monter A pour faire chier B en espérant qu'à la fin ça favorisera C ? On ne sait.

Ce dont on est certain en revanche, c'est que dans tous les cas de figure, on sert la soupe au Front National.
Comme depuis plus de vingt ans, en somme.
Et vous allez voir que ce sont les mêmes qui vont pleurer de chaudes larmes hypocrites quand les résultats tomberont.

Ce qui est le plus lamentable, c'est de voir que le FN est utilisé par tout le monde médiatico-politique pour servir d'épouvantail et justifier ses propres saloperies, et le seul bilan qu'on peut tirer de cette instrumentalisation consentie et acceptée comme telle par le parti d'extrême-droite, c'est le pourrissement généralisé d'une société bouffée par un racisme devenu endémique et de plus en plus décomplexé.

Et la poignée de crapules qui jouent à ce sale petit jeu savent parfaitement ce dont il retourne réellement.