Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Régionales » L’ angoisse identitaire qui imprègne une partie de l’ opinion publique

L’ angoisse identitaire qui imprègne une partie de l’ opinion publique

(un article de notre ami Jean-Paul Gautier)

L’angoisse identitaire qui imprègne une partie de l’opinion publique se traduit par le slogan « On est chez nous », en tête du hit parade dans les meetings du Front national. Le Front national est devenu le principal vecteur politique de la mouvance identitaire. Le rejet de l’immigration, la peur de l’Autre et de « l’islamisation » de la société sont les moteurs principaux de la dynamique frontiste. Le Front National s’autoproclame le défenseur du mode de vie française menacé par une population musulmane et le communautarisme. La France et l’Occident sont menacés par « le Grand Remplacement », théorisé par Renaud Camus et par un véritable « choc des civilisations » . La question identitaire qui pour Roger Martelli « tourne le dos à la liberté et ignore l’égalité » percute l’ensemble du monde politique. De la droite avec « l’identité heureuse » d’Alain Juppé à la surenchère identitaire de Nicolas Sarkozy, à la gauche, allant des partisans de l’intégration et de la laïcité républicaine et la défense des grands principes universalistes, aux tenants d’une société inclusive avec le respect des différences culturelles. Le terrorisme, revendiqué au nom de l’islamisme, durcit encore les différentes positions. La récente crise migratoire a encore exacerbé la sensibilité de l’opinion. La société française connait un changement majeur de la composition ethnique de sa population dans un laps de temps relativement court. Dans une France aux prises avec une crise sociale et économique durable, avec un maintien d’un chômage de masse, les effets des discriminations et les problèmes d’intégration touchent de plus en plus les populations les plus fragiles qui peuvent avoir tendance à s’enfoncer dans le communautarisme. L’idéologie de « l’entre-soi » n’est cependant pas réservée aux plus déshérités qui peuvent rechercher une forme de protection en vivant avec ceux dont ils se sentent les plus proches. Elle sévit dans l’ensemble de la hiérarchie sociale dans nos sociétés rongées par l’individualisme et de plus en plus fragmentées. Ainsi on peut parler d’un communautarisme bourgeois avec le développement de quartiers résidentiels (phénomène des gated communities venu des Etats-Unis) dont l’accès est interdit au nom résidents. Le risque d’un enfermement communautariste pose la question du multiculturalisme vécu comme l’affirmation de différences culturelles qui s’imposeraient à la société et non pas comme la « coexistence de plusieurs cultures dans un même pays ». Cette conception s’oppose de plein fouet à la tradition républicaine française : la défense de l’Etat-Nation cimenté par des valeurs communes comme la laïcité.

Le fond de l’air est incontestablement devenu plus identitaire. La fièvre identitaire qui saisit la France est tout sauf une maladie isolée (Donald Trump aux USA, Viktor Orban en Hongrie…). L’islamisme prospère sur une crise de l’idée nationale qui ouvre un boulevard aux crispations identitaires, à ceux qui comme Alain Finkielkraut se sentent « devenir étrangers sur leur propre sol ». Eric Dupin déroule le fil allant de « la complainte des Français de souche » (cf le site « F de souche » de Pierre Sautarel, membre du Front de la Jeunesse dans son adolescence et prestataire de services sur le site Internet du FN de 2006 à 2009), aux « Identitaires d’en face » (parti des Indigènes de la République » fondé en 2010), en passant par les pionniers du « combat identitaire » ( Europe-Action, Dominique Venner, La Nouvelle Droite d’Alain de Benoist, Jean-Yves Le Gallou…), le « Grand Remplacement » de Renaud Camus, « L’identité malheureuse » d’Alain Finkielkraut, le Front National, la « Droite décomplexée » de Nicolas Sarkozy et les embarras de la gauche.

Une enquête solidement étayée sur « la réaction qui vient ». Un questionnement sur la profonde mutation du peuple français, sur la crise du « Vivre ensemble ». Une question qui percute l’ensemble du champ politique de Marion Maréchal-Le Pen, en passant par Jean-Pierre Chevènement sans oublier Manuel Valls champion du camp identitaire au sein de la gauche.

Eric Dupin : La France identitaire ; Enquête sur la réaction qui vient, La Découverte, 2017 – 17euros

Eric Dupin, ancien journaliste à Libération, qui collabore actuellement à Slate.fr, aborde dans son dernier livre l’obsession identitaire qui taraude la société française sur fond de crise, de mondialisation et d’immigration.identitaire