Dernières Nouvelles
Vous êtes ici: Accueil » Actualités Nationales » A droite de la droite, le conseiller particuliers de Sarkozy

A droite de la droite, le conseiller particuliers de Sarkozy

(par Augustin Scalbert de Rue89)

Patrick Buisson, la drague des lepénistes

Patrick Buisson (capture d'écran de l'émission de LCI Politiquement show du 2 septembre 2006).S'il n'est pas directement impliqué dans la rédaction du discours de Grenoble, ses idées y ont présidé.

Conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour les questions d'opinion et de sondages, Patrick Buisson n'est plus du tout « occulte » depuis qu'un rapport de la Cour des comptes a révélé l'an dernier l'importance des sommes allouées par l'Elysée à sa société Publifact : 1,5 million d'euros pour 2008.

Un scandale a suivi, ainsi qu'une salve de portraits de Patrick Buisson dans la presse. Jusque-là inconnu du public, ce Parisien de 61 ans a été nommé en juillet président d'Histoire, une chaîne de télé du groupe TF1 dont il était déjà directeur général.

Historien de formation, Buisson a grandi dans un foyer pétri d'anticommunisme et de maurassisme. Il s'est vite tourné vers un journalisme militant, enchaînant les postes dans des journaux d'extrême droite ou de droite conservatrice : Le Crapouillot, Minute et Valeurs Actuelles. Il a d'ailleurs dirigé les rédactions des deux derniers.

Patrick Buisson est ensuite entré à LCI. Durant la campagne de 2007, il participait à l'émission de Michel Field Politiquement show, en occultant le fait qu'il conseillait le candidat Sarkozy. C'est pourtant le cas depuis 2005, quand le patron de l'UMP a été bluffé par sa prédiction de la victoire du « non » par 55% au référendum sur la Constitution européenne.

Dans un très intéressant portrait de Buisson paru en 2009 dans Télérama, l'ex-trotskyste Michel Field, qui collabore à la chaîne Histoire, reconnaît sur cette antenne « une sur-représentativité d'historiens conservateurs », monarchistes et anticommunistes.

Toujours dans Télérama, deux autres anciens trotskystes, Jean-Luc Mélenchon et Jean-Christophe Cambadélis, font part de leur « estime » pour Patrick Buisson, qui les conseille. Théoricien d'une réunion de « toutes les droites », Buisson confiait à nos confrères :

« Il n'y a pas d'électorat FN. Il y a un électorat populaire qui vote parfois Front national, mais aussi communiste et socialiste. Ces électeurs-là pensent à peu près la même chose. »

Le plus bel éloge venait de Jean-Marie Le Pen :

« C'est le meilleur observateur politique. […] Le plus intelligent, le plus sérieux. […] C'est vrai, il a donné à Sarkozy les mots, les codes, le langage qu'il faut employer vis-à-vis des électeurs du Front national. […] Au fond de son cœur, [Buisson] partage probablement plus mes idées que celles de Sarkozy. »

Ce dernier n'en a cure : il est tellement convaincu de la prescience de Buisson qu'il applique ses recettes même en son absence. Selon Le Monde, Patrick Buisson était « en vacances » au moment du discours de Grenoble. Mais Le Figaro a reconnu ses « conseils » derrière le repositionnement sécuritaire du Président.